Archives de Tag: pétition

Paris : les papillons portent haut l’espoir

Mercredi 28 juin 2017, c’est sur le parvis des Droits de l’Homme et des Libertés que s’est tenu un rassemblement d’étudiantes et étudiants venus du Sud de la Corée, à l’occasion du 7e Voyage en Europe pour la paix.

cild_femmes-de-reconfort_coree_manifestation

A l’appel de l’association Papillon d’espoir pour la résolution de la question de l’esclavage sexuel du militarisme japonais et du Conseil coréen pour les femmes enlevées pour l’esclavage sexuel militaire du Japon (le Conseil coréen), soutenu par le Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud (CILD), plusieurs dizaines de personnes se sont ainsi rassemblées à Paris au Trocadéro.

Entre deux averses et dans la bourrasque, ces jeunes ont ravi les badauds – et même les gardiens de la paix – par leurs mobilisations éclairs (flash mobs) colorées.

Les organisatrices ont d’abord passé la parole à deux militantes japonaises en France pour la paix. Celles-ci nous ont confirmé qu’une partie de l’opinion au Japon s’oppose à l’accord signé entre Abe et Park. Il appartient au peuple japonais de faire abroger cet accord, lui seul étant « la force motrice, le créateur de l’histoire universelle ». Les indemnisations prévues semblent avoir enfin commencé à être versées aux quelques « femmes de réconfort » (ian fu) survivantes. Par contre, les manuels d’histoire utilisés par les élèves japonais continuent de véhiculer une version négationniste des crimes de guerre commis par l’impérialisme japonais.

Un représentant du CILD leur a succédé pour souhaiter la bienvenue aux participants à ce voyage. Il a rappelé que nous avons toujours été aux côtés des Coréens de Paris, qui se sont rassemblés plusieurs fois l’hiver dernier, déjà au Trocadéro, pour chasser Park Geun-hye, jusqu’à atteindre 800 personnes, ce qui a fait de Paris la deuxième capitale en importance pour les manifestations après Séoul. Nous aurons à interpeller le nouveau gouvernement français sur sa position vis-à-vis des femmes coréennes réduites en esclavage sexuel par le militarisme japonais, question délibérément ignorée par le gouvernement précédent aux mains du lobby sud-coréen.

Les demandes des Papillons d’espoir et du Conseil coréen sont les suivantes :

– Que les gouvernements japonais et coréen abrogent immédiatement l’accord du 28 décembre 2015 sur les « femmes de réconfort » signé dans la précipitation et trouvent une solution juste à cette question, prenant pleinement en considération les demandes des survivantes.

– Que le gouvernement japonais accepte les recommandations de la 12ème Conférence de solidarité en Asie, lesquelles incluent les demandes des victimes. En d’autres termes, qu’il reconnaisse les responsabilités juridiques de son pays et prenne les mesures appropriées.

– Que le gouvernement coréen annule cet accord précipité et fasse des efforts pour une solution juste acceptable par les victimes.

– Que les organisations internationales, y compris l’Organisation des Nations Unies et l’Organisation internationale du travail, reconnaissent la question des « femmes de réconfort » comme un problème de droits humains urgent et non résolu intéressant toute l’humanité, et pressent le Japon de suivre les recommandations des organisations internationales et de résoudre immédiatement cette affaire.

Nos amis coréens nous ont offert un DVD intitulé The butterflies : flying high with hope – 20 years of history and harmonies’ peace. Qu’ils en soient ici chaleureusement remerciés.

Publicités

Signez la pétition contre la répression des soldats gays en Corée du Sud

Dans nos éditions du 26 avril 2017 et du 25 mai 2017, nous rendions compte de la répression accrue, orchestrée par le commandement militaire, des soldats homosexuels dans l’armée sud-coréenne, dans un contexte général d’homophobie latente au Sud de la péninsule. Ces atteintes inacceptables à la dignité humaine ont suscité plusieurs pétitions : nous invitons à signer et faire signer (ici) l’appel ci-après, traduit de l’anglais, du Réseau pour rendre compte des discriminations et des atteintes aux droits de l’homme contre les personnes LGBTI en relation avec l’armée et du Centre coréen pour les droits de l’homme à l’armée. Cet appel avait déjà réuni près de 40 000 signatures fin juin 2017.

Chers amis,

Etre gay n’est pas un crime en Corée du Sud – tant que vous n’êtes pas à l’armée.
Plus tôt cette année, des enquêteurs ont dit au Capitaine Ji Sung* qu’ils savaient qu’il était gay. Ils l’ont intimidé et menacé de le dénoncer s’il ne coopérait pas. Quelques semaines plus tard, il était condamné à six mois de prison.
Le cas de Ji Sung n’est pas isolé. Ces dernières semaines, au moins 32 soldats ont été traqués par l’armée sud-coréenne sur des applications de rencontre gays et interrogés. Ils doivent être jugés prochainement.
Heureusement, l’histoire de Ji Sung a fait les titres de la presse internationale. La répression secrète contre les personnes gays en Corée du Sud n’est plus ignorée.
Les autorités pourraient arrêter leurs mesures de chasse aux personnes gays qui se base sur le Code militaire sud-coréen. Mais elles ne le feront pas à moins d’une protestation globale massive.
Signez pour nous aider à arrêter la chasse aux personnes gays en Corée du Sud.

petition_coree_persecutions_soldats-gay
Cette question concerne tous les hommes gays du pays : la Corée du Sud exige de tous ses citoyens hommes de servir dans l’armée pendant deux ans. Et selon le code militaire pénal sud-coréen, le sexe entre les hommes est un « crime » passible d’une peine maximale de deux ans de prison.
Cette répression récente a commencé après qu’une vidéo privée de deux soldats a été publiée sur les réseaux sociaux. Les autorités militaires disent à présent que la répression est nécessaire « pour que la communauté militaire reste saine« .
Mon organisation travaille pour soutenir les soldats persécutés et supprimer les mesures anti-gays une fois pour toutes. Mais nous ne pouvons pas y arriver sans votre aide.
Nous savons que des milliers de voix de par le monde nous aideront à faire agir les autorités sud-coréennes.
Pouvez-vous signer pour demander aux autorités qu’elles cessent la répression, abandonnent les poursuites contre les soldats gay et suppriment les mesures de « chasse aux personnes gay » ?
Merci à tous pour votre action.
Minhee Ryu
Réseau pour rendre compte des discriminations et des atteintes aux droits de l’homme contre les personnes LGBTI en relation avec l’armée et du Centre coréen pour les droits de l’homme à l’armée

(*) le nom a été changé

 

 

La pétition du CILD à la Fête de l’Huma

Dans le cadre de la Fête de l’Humanité, qui se déroule ces 11, 12 et 13 septembre 2015, plusieurs membres du Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud (CILD), en tant que membres d’organisations présentes à la Fête de l’Huma, font signer la pétition du CILD contre la répression politique en Corée du Sud, contre l’interdiction du Parti progressiste unifié (PPU). Ce sera en particulier le cas sur le stand du Pôle de renaissance communiste en France (PRCF).

N’hésitez pas à les rencontrer pour signer et faire signer la pétition, les signataires étant ensuite associés à l’ensemble des activités du CILD.

Signez la pétition pour libérer Park Rae-gun !

Conjointement avec les Coréens progressistes en France, le Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud (CILD) se mobilise pour exiger la libération du militant des droits de l’homme Park Rae-gun. Park Rae-gun a été arrêté par les autorités sud-coréennes après avoir milité pour que toute la vérité soit faite sur le dramatique naufrage du ferry « Sewol » qui, il y a un peu plus d’un an, entraînait la mort de plus de 300 personnes. Pour faire entendre la voix de la justice et de la liberté, nous vous appelons à signer l’appel ci-dessous pour la libération de Park Rae-gun, à le diffuser et à le rediffuser auprès de vous, en donnant votre accord par mél envoyé au CILD (solidaritefrancecoree@yahoo.fr) en indiquant vos nom et prénom ainsi que qualités –  avant le 13 août, délai de rigueur.

En effet, le 14 août une délégation mixte franco-coréenne de tous ceux qui ont initié la pétition se rendra à l’ambassade sud-coréenne en France pour remettre un exemplaire de la pétition et de ses signataires. Puis nous rediffuserons cet appel auprès de l’ensemble des institutions françaises et sud-coréennes concernées – côté français, représentants des groupes d’amitié France-Corée du Sud dans les assemblées parlementaires, ministères, organisateurs de l’année croisée France-Corée…

Plus nous serons nombreux à signer, plus nous pourrons nous faire entendre pour obtenir la libération de Park Rae-gun, et de tous les démocrates emprisonnés en Corée du Sud.

——————————————————————————
Liberté pour Park Rae-gun et pour tous les militants des droits de l’homme emprisonnés en Corée du Sud !

Le 16 juillet 2015, le directeur du Centre des droits de l’homme, Park Rae-gun, a été arrêté par la police en République de Corée (Corée du Sud). Son mandat d’arrêt a été l’aboutissement d’une enquête menée depuis trois mois quant à l’organisation de rassemblements jugés « illégaux » dont le but était de faire éclater la vérité sur le naufrage du ferry Sewol. Park Rae-gun fait partie de la direction de l’Alliance du 16 Avril, groupe citoyen qui exige une véritable enquête sur cette catastrophe navale ayant entraîné la mort de plus de 300 personnes, pour la plupart des lycéens en voyage scolaire, le 16 avril 2014.

Le mandat d’arrêt a été émis alors que la police reconnaît n’avoir pas réuni « beaucoup de preuves » cette absence de preuves étant présentée par la police comme le signe de « leur possible destruction » par l’Alliance du 16 Avril. C’est là un renversement de la charge de la preuve, contraire à toutes les règles démocratiques en matière de justice. Le mandat d’arrêt a aussi été justifié par un « possible risque de fuite ». L’absence de preuves, plus de trois mois après les faits supposés, s’ajoute aux autres entraves à l’impartialité et à l’indépendance de la justice en Corée du Sud.

Park Rae-gun est une figure connue et respectée de la défense des droits de l’homme en Corée du Sud, depuis que son frère cadet, président d’une association d’étudiants, s’est immolé par le feu en 1988. Park Rae-gun s’est engagé pour la libération des objecteurs de conscience, l’abolition de la torture, la défense des travailleurs précaires ou encore le salaire minimum, autant de revendications toujours d’actualité.

C’est la quatrième arrestation de Park Rae-gun depuis qu’il s’est engagé dans la défense des droits de l’homme. La précédente avait eu lieu en 2009, après la mort dans le quartier de Yongsan, à Séoul, de cinq occupants d’un immeuble que la police délogeait par la force le 20 janvier 2009.

Solidaire de la campagne de signatures menée par l’Alliance du 16 Avril pour protester contre l’arrestation de Park Rae-Gun, nous dénonçons dans l’arrestation de Park Rae-gun une nouvelle atteinte à l’Etat de droit en Corée du Sud.  Nous appelons à sa libération immédiate et à celle de l’ensemble des militants des droits de l’homme aujourd’hui derrière les barreaux en Corée du Sud.

Au moment où va commencer l’année croisée France-Corée, nous appelons enfin les autorités publiques françaises à rappeler en toutes circonstances l’exigence de la libération immédiate et inconditionnelle de Park Rae-gun, à garantir pleinement la liberté d’expression et la liberté de réunion en Corée du Sud, ainsi qu’à cesser les poursuites contre les membres de l’Alliance du 16 Avril et contre les familles de la tragédie du Sewol, lesquelles ne demandent que la vérité sur la mort de leurs proches.

Cette pétition sera remise à l’Ambassade de la République de Corée en République française à l’occasion du 15 août 2015, 70ème anniversaire de la libération de la Corée à la fin de la deuxième guerre mondiale.

—————————–

구속수감된 한국의 인권운동가 박래군을 석방하라!

2015년 7월 16일, 한국인권재단의 상임이사 박래군은 한국 경찰에 의해 구속 수감되었다. 이날의 구속은 세월호 사건을 추모하는 불법집회를 주도했다는 혐의로, 3개월에 걸친 수사의 결과에 따른 것이었다. 박래군은 2014년 4월 16일 수학여행을 떠난 300여명의 고교생들이 주된 희생양이었던 세월호 침몰사건의 진실규명을 요구하는 416연대의 상임운영위원으로 활동하고 있었다.

경찰은 박래군의 혐의를 입증할 만한 충분한 증거를 확보하지 못했음을 시인하면서도 그를 특수공무집행방해치상혐의로 구속 기소했다.  경찰은 증거의 부재를 박래군과 그의 동료들에 의한 증거 파기의 가능성으로 해석하였다. 이는 증거를 근거로 해야하는 민주적 원칙에 명백하게 위배되는 행위이다.

검찰의 구속기소는 또한 <그의 도주 우려>를 근거로 하고 있기도 하다. 3개월 이상 지속된 수사에서도 찾아내지 못한 증거는 한국 사법부의 공정성과 독립성을 저해하는 또 하나의 추가적 장애일 뿐이다.

학생운동을 하던 그의 동생 박래전이 1988년 분신자살한 이후, 인권운동에 투신한 박래군은, 양심수 석방과 고문 철폐, 최저임금, 비정규직 문제까지 인권의 지평을 넓혀온 한국의 대표적인 인권운동가로 존경받아온 인물이다.

이번 검찰의 구속은 박래군이 인권운동에 투신해 온 이후 4번째이며, 마지막은 2009년 1월 20일, 강제 퇴거에 저항하던 철거민 5명이 사망했던 용산참사 때였다.

416연대에 의해 전개된, 박래군 석방 서명운동에 함께하는 우리는 박래군에 대한 구속은 한국정부가 또 다시 법치를 거부하는 행위를 벌이고 있다는 사실을 폭로할 수 밖에 없다. 우리는 박래군에 대한 즉각적인 석방과 함께 한국 정부가 철창 뒤에 가두고 있는 또 다른 인권운동가 전체에 대한 석방을 요구하는 바이다.

이제 막 한불수교130년을 기념하는 해가 막 시작되는 지금, 우리는 모든 프랑스의 공공기관들이 박래군에 대한 무조건적이고 즉각적인 석방과, 오직 세월호 참사의 진실규명만을 요구하고 있는 416연대의 회원들과 세월호 참사 유가족들에 대한 수사 중단, 더불어 표현의 자유와 집회/결사의 자유를 보장해줄 것을 한국정부에 요청해 줄 것을 촉구한다.

이 연대서명은 해방 70주년을 받는 주불 대한민국 대사관에 2015년 8월 15일을 즈음하여 전달될 것이다.