Archives de Tag: Corée du Sud

La justice oblige le gouvernement sud-coréen à rendre publiques des mesures de pollution autour de la base de Yongsan

C’est le dénouement d’une longue bataille juridique, qui opposait le ministère de l’Environnement de la République de Corée (Corée du Sud) et l’Association des juristes pour une société démocratique (Minbyun) sur le fait de rendre ou non publiques des mesures de la pollution au benzène dans les eaux souterraines près de la base militaire américaine de Yongsan, à Séoul. Après qu’un premier prélèvement effectué en mai 2015 – rendu public à la suite d’une décision de la Cour suprême le 13 avril 2017 – eut révélé un taux de concentration en benzène (qui est un agent cancérogène) à un niveau 162 fois supérieur à la normale, le ministère de l’Environnement avait refusé de rendre publiques les résultats des deuxième et troisième séries de prélèvements, effectuées respectivement en janvier-février et en août 2016. Le 4 juin 2017, la Cour administrative de Séoul a donné raison à la Minbyun au nom de la liberté d’information.

yongsan_base-militaire_pollution_environnementManifestation devant la base de Yongsan (août 2016)

L’argument des autorités sud-coréennes était d’opposer l’argument d’autorité des « intérêts nationaux vitaux« , en opérant une dramatisation, pour refuser la transparence sur ces taux anormalement élevés de concentration en benzène :

Dans la mesure où cette information relève de la sécurité nationale, de la défense nationale, de la réunification et des relations étrangères, entre autres, nous sommes préoccupés que la rendre publique pourrait cause un préjudice irrémédiable aux intérêts nationaux vitaux.

Mais la Cour administrative de Séoul a retourné ces motifs – qui touchent par ailleurs aux relations extérieures, mais pas à la sécurité nationale – dans le cas d’espèce :

Quand l’affaire relève effectivement de la sécurité nationale, il existe également un besoin majeur de garantir l’accès des citoyens à l’information, étant entendu que la garnison de Yongsan est suspectée d’être une source de pollutions des eaux souterraines dans la région. Ne pas rendre publique l’information dans cette affaire pourrait aussi entraîner une défiance vis-à-vis des forces américaines en Corée, en créant des frictions diplomatiques inutiles entre nos deux pays.

De fait, le gouvernement des Etats-Unis comme les soldats américains seraient en droit de connaître la situation exacte, pour ne pas exposer la santé des militaires américains.

A l’heure où l’armée sud-coréenne mène une chasse à l’homme contre les conscrits homosexuels, le chemin reste décidément encore long à parcourir pour que les forces armées ne soient plus une zone de non-droit et d’atteintes aux libertés publiques fondamentales en République de Corée.

Un soldat sud-coréen condamné à la prison ferme pour une relation homosexuelle

Alors que le Centre pour les droits de l’homme à l’armée a révélé que l’armée sud-coréenne avait engagé une chasse aux homosexuels, une première condamnation a été rendue publique : Lee, un capitaine de 28 ans, a été condamné à la prison ferme pour relation homosexuelle avec un autre soldat. La cour n’a pas retenu les arguments selon lesquels la relation était consentie et qu’elle a eu lieu dans un cadre privé.

L’emprisonnement se fonde sur l’article 92-6 du code pénal militaire, une disposition critiquée comme « archaïque » et « discriminatoire » par Roseann Rife, directeur de recherches d’Amnesty International pour l’Asie de l’Est, qui a également dénoncé une « condamnation injuste« . Une initiative au Parlement a été prise par Kim Jong-dae (Parti de la justice, social-démocrate) tendant à l’abolition de l’article 92-6, mais les chances de succès sont faibles compte tenu de la très forte homophobie de la société sud-coréenne où les puissants lobbies conservateurs mènent une campagne très active contre l’homosexualité (ils ont ainsi obtenu en 2014 une révision de la définition du mot « amour » par l’Institut de la langue coréenne comme ne pouvant désigner qu’une relation entre deux personnes de sexes différents).

Alors que le prévenu a dû être hospitalisé après son inculpation, la colère grandit et des manifestations ont éclaté en Corée, durant lesquelles des personnes homosexuelles ont demandé à être arrêtées elles aussi (cf. photo ci-dessous).

relations-homosexuelles_coree_repression_prison.JPG

Cette condamnation n’est que la première sans doute d’une longue série, alors que plusieurs dizaines de soldats sud-coréens seraient en attente de jugement pour relations homosexuelles. En outre, les sévices contre les homosexuels à l’armée sud-coréenne, entraînant des suicides et des incapacités physiques permanentes, restent un sujet tabou.

 

Le « traitement spécial » de la détenue Park Geun-hye

Placée en détention provisoire le 31 mars 2017, peu après sa destitution, l’ex-présidente de la République de Corée Mme Park Geun-hye bénéficie de faveurs dans ses conditions de détention. Mais le plus choquant est probablement le traitement ordinaire des prisonniers en Corée du Sud.

Les conditions de détention provisoire de Mme Park Geun-hye choquent les médias et les citoyens sud-coréens : de fait, elle bénéficie d’une plus grande cellule que les autres détenus eu égard à son « statut« , et elle a pu dormir deux nuits dans une chambre de l’administration pénitentiaire après s’être plainte du papier peint de sa cellule, trop sale selon elle – le temps qu’il soit changé.

Mais si les conditions de détention de Mme Park Geun-hye sont clairement illégales, elles ne doivent pas occulter le fait que les droits des prisonniers sud-coréens ne classent pas, loin s’en faut, le pays aux premières places des démocraties – en particulier lorsque, au détour d’un article de la presse sud-coréenne, on apprend qu’une chambre de onze mètres carré peut accueillir six détenus… Sans parler des violences en prison, dont les objecteurs de conscience sont parmi les premières victimes. Et avec, pour eux, le seul délit d’être condamné par une législation nationale illégale, car contraire aux engagements internationaux de la République de Corée. Visiblement, le non-respect de la loi ne fonctionne que dans un seul sens en Corée du Sud : au profit des privilégiés de la naissance et de l’argent.

« Le marxisme au XXIe siècle et la question du parti » : intervention de Cho Deokweon à la Sorbonne

Le 11 mars 2017, Cho Deokweon (Stephen Cho) était l’invité à l’Université de la Sorbonne du séminaire hebdomadaire « Marx au XXIe siècle, l’esprit et la lettre », organisé sous la responsabilité de Jean Salem (par ailleurs président du Comité international pour les libertés démocratiques de Corée du Sud, CILD),  avec le soutien du CERPHI (École normale supérieure de Lyon) et du Cercle universitaire d’études marxistes (CUEM). Stephen Cho était déjà intervenu dans le cadre du séminaire « Marx au XXIe siècle » le 7 mars 2015. Le 11 mars 2017, le conférencier sud-coréen a traité du thème « Le marxisme au XXIe siècle et la question du parti – en Asie et ailleurs ».

stephen-cho_colloque_marx_11-mars-2017

Tout au long d’un exposé très didactique, Stephen Cho a tout d’abord resitué la création de partis progressistes en République de Corée (Corée du Sud) dans le contexte politique issu de la Révolution d’Octobre 1917, qui a eu une influence mondiale. Pour sa part, la Corée doit tenir compte d’une situation coloniale (avec la domination japonaise, entre 1910 et 1945), puis néocoloniale, avec des liens de dépendance vis-à-vis des Etats-Unis depuis la libération. Dès lors, toute approche dogmatique de la question nationale doit être évitée : la défense de la souveraineté nationale, dans un pays colonisé, se conjugue avec l’internationalisme.

Sorbonne_10-mars-2017_Stephen-Cho_Jean-Salem

Le Parti populaire démocratique de Corée du Sud, fondé en novembre 2016, s’inscrit dans cette tradition révolutionnaire : il s’agit d’un parti de la classe ouvrière, mais visant à émanciper toute la population coréenne grâce à l’action d’une organisation de masse.

En Corée, riche d’une histoire de 5 000 ans, la lutte politique a impliqué une stratégie de front uni des progressistes avec des forces opportunistes, alors que l’histoire politique de la Corée du Sud a été marquée par la répression des organisations politiques successives d’inspiration progressiste : le Parti progressiste, dont le dirigeant Cho Bong-am a été condamné à mort et exécuté en 1959 ; après la révolution de 1960, se sont constituées plusieurs organisations socialistes (le Parti socialiste coréen, le Parti socialiste des masses) qui ont été dissoutes et leurs adhérents réprimés à la suite du coup d’Etat militaire du 16 mai 1961 ; des dirigeants d’une organisation révolutionnaire clandestine, le Parti révolutionnaire pour la réunification, ont été condamnés à mort par la junte militaire (comme Kim Jong-tae, en 1969) ; le Parti progressiste unifié a été dissous en décembre 2014 et plusieurs de ses membres et dirigeants arrêtés et emprisonnés.

Si la destitution de la Présidente Park Geun-hye, confirmée par la Cour constitutionnelle le 10 mars 2017, a temporairement stoppé la répression politique, les instruments du pouvoir autoritaire restent en place (au premier rang desquels la loi de sécurité nationale), continuant à faire planer un danger de guerre.

Sorbonne_10-mars-2017

Le débat qui a suivi, de très haut niveau, a abordé notamment les questions des causes de la disparition de l’URSS, de l’évolution politique et sociale de la Chine et de l’indépendance du mouvement progressiste sud-coréen vis-à-vis de la Corée du Nord – la force révolutionnaire en Corée du Sud étant constitué des Sud-Coréens eux-mêmes.

Park Geun-hye destituée

A l’unanimité, les 8 juges en fonction de la Cour constitutionnelle ont confirmé, le 10 mars 2017, le vote de destitution par le Parlement, le 9 décembre 2016, de Mme Park Geun-hye, qui avait été élue Présidente de la République de Corée en décembre 2012, et dont le mandat arrivait normalement à échéance en février 2018. Cette décision entraîne l’organisation d’une élection présidentielle anticipée dans un délai de deux mois, permettant d’envisager l’organisation de ce scrutin début mai 2017. Le Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud (CILD) se félicite de cette décision, qui traduit la vitalité de la démocratie sud-coréenne, qui a été gravement menacée par l’ex-chef de l’Etat. Selon les juges constitutionnels, Mme Park a agi en méconnaissance des règles constitutionnelles en confiant des fonctions exorbitantes à sa gourou, Mme Choi Soon-sil – et en se rendant ainsi complice d’activités criminelles


lee-jung-mi_cour-constitutionnelle_coree
Lee Jung-mi dirige la Cour constitutionnelle

Si le CILD a pleinement soutenu le combat courageux mené par des millions de Coréens pour la démocratie et les droits de l’homme, il n’ignore pas que le président par intérim Hwang Kyo-ahn est un fidèle parmi les fidèles de l’ex-présidente Park, que les bases juridiques de l’oppression restent en place et que des dizaines de prisonniers croupissent toujours dans les geôles sud-coréennes.

C’est pourquoi nous appelons toutes et tous à nous rejoindre, afin d’atteindre les objectifs suivants :

  • annulation de l’interdiction inique du Parti progressiste unifié et reconnaissance effective de la liberté d’expression et de la liberté de manifestation ;
  • libération de tous les prisonniers politiques et syndicaux, y compris des objecteurs de conscience emprisonnés sur la base de dispositions en droit national sud-coréen contraires aux engagements internationaux de la République de Corée ;
  • poursuites effectives à l’encontre de Mme Park Geun-hye, devenue désormais une justiciable de droit commun, de ses collaborateurs (dont l’ambassadeur de Corée en France S.E. M. Mo Chul-min) et des représentants des conglomérats financiers souvent liés aux conservateurs au pouvoir à Séoul au titre des enquêtes de corruption en cours et des atteintes aux libertés publiques ;
  • dissolution des services de renseignement sud-coréens (NIS) sous leur forme actuelle et mise en place d’une structure de renseignement digne d’un pays démocratique, contrôlée par le Parlement ;
  • abrogation de la loi de sécurité nationale et garantie des libertés de déplacement au Nord de la Corée et de communication avec les Nord-Coréens ;
  • abrogation de la législation antisyndicale ;
  • séparation effective des Eglises et de l’Etat, et pleine garantie des principes laïcs dans la vie publique ;
  • abrogation des législations d’exception antiterroristes ;
  • engagements d’enquêtes indépendantes sur les naufrages du Cheonan et du Sewol ;
  • annulation des listes noires en usage en Corée, qu’il s’agisse de la liste frappant les bénéficiaires de subventions publiques ou de celles où sont inscrits les étrangers interdits de séjour en Corée ; poursuite des personnes à l’origine de l’établissement de ces listes noires ; garantie pour les personnes inscrites sur ces listes d’avoir accès à leur dossier afin de pouvoir engager des poursuites contre l’Etat sud-coréen si ce dernier a méconnu ses obligations internationales ;
  • nomination d’un civil comme ministre de la Défense, contrôle démocratique des forces armées, démocratisation de l’armée, reconnaissance du droit à l’objection de conscience, suppression des tribunaux militaires.

Le CILD a organisé une conférence sur les luttes des femmes pour leurs droits en Corée du Sud

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes célébrée le 8 mars, le Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud (CILD) a organisé à Paris, le 3 mars 2017, une conférence sur les luttes des femmes pour leurs droits en Corée du Sud, avec les témoignages et interventions de Kim Jeong-hee, présidente de l’Association pour l’égalité femmes-hommes de la province de Cheongnam, présidente du comité préparatoire de Daejeon du Parti démocratique populaire (PDP), et de Han Hye-in, présidente du comité préparatoire des étudiants du PDP.

kim-jeong-hee_han-hye-in_droits-des-femmes_coree

Kim Jeong-hee et Han Hye-in

Mme Kim Jeong-hee a resitué le combat des femmes pour leurs droits en Corée du Sud dans les luttes politiques qu’elle mène au nom de son organisation, le PDP, ce qui l’a conduit à subir la répression des autorités sud-coréennes : elle-même a été condamnée à un an et demi de prison et son mari est toujours incarcéré comme prisonnier politique.

Elle a tout d’abord souligné les inégalités au travail que subissent les Sud-Coréennes, les différences de salaires entre les femmes et les hommes étant, en République de Corée, les plus importantes au sein des États membres de l’OCDE. En Corée du Sud, si on retient une base de 100 pour le salaire d’un homme disposant d’un emploi stable (travail à temps plein en CDI), la rémunération d’un homme travailleur précaire n’est que de 53 ; une femme disposant d’un emploi stable reçoit un salaire de 66, et de 33 si son emploi est précaire. Les femmes de plus de 40 ans sont particulièrement touchées par la précarisation de l’emploi, dans un contexte de net ralentissement économique en Corée du Sud.

Le harcèlement sexuel dans l’entreprise n’est en général pas dénoncé par les victimes, qui craignent de perdre leur emploi.

Les femmes subissent une triple peine, puisqu’elles doivent se consacrer à leurs activités professionnelles, à l’éducation de leurs enfants et aux tâches domestiques. Le réseau des équipements publics pour l’accueil des enfants s’avère très insuffisant en Corée du Sud, cette lacune n’étant que partiellement palliée par des établissements privés aux tarifs onéreux, ce qui génère des inégalités d’accès aux équipements collectifs. Les grands-parents sont ainsi de plus en plus sollicités par les parents.

Les violences faites aux femmes sont à la fois domestiques (130 femmes sud-coréennes sont violées chaque jour par leur mari ou leur compagnon) et liées à la situation politique de la Corée du Sud, qui en dix ans de présidence conservatrice a dérivé vers un régime autoritaire. Parmi les 42 prisonniers politiques que compte la Corée du Sud selon le PDP, 8 sont des militants du PDP, parmi lesquelles 4 femmes dont la situation personnelle témoigne de la violation de leurs droits civiques :

– Mme Kim Hye-young, maintenue en détention malgré un cancer de la thyroïde, a observé une grève de la faim pendant 20 jours en 2016, a été condamnée en appel en deux ans de prison ferme, malgré une campagne internationale de solidarité – à laquelle a notamment participé le CILD, par la publication de témoignages et l’organisation de manifestations publiques, tandis que des parlementaires français ont interpellé le gouvernement de Manuel Valls ;

– Mme Lee Mi-sook, condamnée à une peine de prison ferme, a été arrêtée en pleine nuit, les forces de l’ordre ayant procédé à son interpellation ayant menacé de faire usage d’armes de type Taser ;

– Mme Yang Go-eun, porte-parole du PDP, a fait une grève de la faim de 9 jours, en dénonçant notamment le recours à la vidéosurveillance ;

– Mme Han Jung-hye a fait l’objet d’une demande d’emprisonnement de 5 ans fermes par le procureur, avant que ne soit prononcée une peine d’une durée de trois fois inférieure, ce qui témoigne d’un acharnement exceptionnel des autorités sud-coréennes dans la répression politique, dans un contexte où les conservateurs au pouvoir font souffler plus que jamais « le vent du Nord » (c’est-à-dire de Corée du Nord) pour manipuler l’opinion publique nationale et internationale et remporter le prochain scrutin présidentiel, prévu au plus tard en décembre de cette année.

En conclusion, Mme Kim Jeong-hee a souligné que les femmes étaient au premier rang du combat politique et social en Corée.

droits-des-femmes_coree_cild_3-mars-2017

Mme Han Hye-in a traité la question de la précarité de l’emploi et du chômage des jeunes, qui touchent plus particulièrement les jeunes Coréennes. La République de Corée compte 1,8 million de chômeurs, dont 42 % sont des jeunes.

Selon les organisations politiques et syndicales progressistes, l’emploi précaire concerne, sous ses différentes formes, la moitié des travailleurs sud-coréens (qui représentent une population active de 26 millions de personnes). Après la crise économique de 1997, la Corée du Sud a libéralisé le code du travail pour faciliter le recours par les employeurs à des contrats précaires, lesquelles tendent aujourd’hui à devenir la norme pour une première embauche.

Le travail précaire affecte plus fortement les femmes compte tenu de la reproduction de schémas de pensée sexistes sur le lieu de travail : elles sont plus fréquemment affectées à des tâches subalternes, doivent subir des remarques discriminatoires et diverses formes de harcèlement moral. Par ailleurs, la mauvaise image des congés maternité par les employeurs conduit de nombreuses salariées à cesser leur activité professionnelle après la fin de leur congé maternité, ou à sacrifier une vie de famille aux impératifs professionnels en décidant de ne pas se marier ou de ne pas avoir d’enfants.

Beaucoup d’étudiants sont contraints de travailler pour payer leurs études : le coût des études restant à la charge des familles est estimé à 33 000 euros, depuis le début de la scolarité obligatoire jusqu’à l’achèvement des études. Le niveau élevé des frais d’inscription, thème majeur de mobilisation sociale en Corée, alourdit le coût des études universitaires, pratiquement généralisées en Corée, et conduit de nombreux étudiants à s’endetter. Des études conduites par les associations d’étudiants ont fait apparaître que, à la fin de la licence, 80 % des étudiants avaient dû travailler sur un emploi précaire pour financer leurs études.

En conclusion, Han Hye-in a mis en exergue la motivation des jeunes femmes à s’engager pour abattre des préjugés sociaux solidement ancrés et entretenus par le capitalisme national et international, en liant le combat pour l’émancipation des femmes et des travailleurs et la lutte pour l’indépendance nationale.

conference_droits-des-femmes_coree

Le large débat qui a suivi avec les participants, auquel ont également pris part d’autres jeunes militantes et militants du PDP présents à la conférence, a permis de rappeler l’engagement de membres du CILD, à l’occasion de déplacements en Corée du Sud, pour obtenir la libération des prisonniers politiques.

Tout en soulignant les analogies avec les luttes passées et présentes en France et dans le monde pour les droits des femmes, la discussion a également porté sur l’organisation des syndicats de travailleurs et la prise en compte des inégalités qui touchent plus particulièrement les jeunes travailleuses. A cet égard, les organisations syndicales coréennes restent encore peu mobilisées sur ces questions, en comparaison notamment avec les pays occidentaux.

Ont aussi été abordées les questions des très fortes limitations légales à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) en République de Corée, ainsi que le niveau parmi les plus bas au monde de l’indice synthétique de fécondité (ISF) en Corée du Sud, qui fait ressortir le besoin d’une politique familiale de protection sociale dans la péninsule.

Les manifestations continuent à Séoul. Leur enjeu ? La démocratie

Ils étaient au moins des dizaines de milliers à manifester dans les rues de Séoul le 25 février 2017, alors que la Cour constitutionnelle doit tenir, le 27 février, sa dernière audience sur la destitution de la Présidente Park Geun-hye, avant de rendre son verdict – qui pourrait intervenir dès la mi-mars – dans le cadre du scandale Choi Soon-sil, accusée d’activités criminelles avec la complicité de la chef de l’Etat. Si la Cour constitutionnelle confirme la décision du Parlement, une élection présidentielle anticipée devra intervenir dans un délai de 60 jours – sinon, Park Geun-hye reprendrait ses fonctions, jusqu’au terme de son mandat (février 2018), après une élection présidentielle qui se tiendrait à l’échéance normale (décembre 2017).  

Par rapport aux manifestations de masse de l’automne 2016, la nouveauté est que les opposants à la Présidente Park Geun-hye ne sont plus les seuls à manifester en nombre. Au quatrième anniversaire de son entrée en fonctions (le 25 février 2013) ses partisans, toujours très minoritaires dans l’opinion, veulent relever la tête et ont affirmé qu’ils étaient « 3 millions » (contre 1 million selon les organisateurs des rassemblements anti-Park, qui ont atteint leur point culminant à l’automne, à la veille du vote de destitution par le Parlement à une très large majorité, le 9 décembre 2016, avec plus de 2 millions de participants selon les organisateurs). En fait, les chiffres des « pro-Park » visent à faire croire qu’ils sont plus nombreux que les « anti-Park », non seulement ce 25 février mais depuis le début des manifestations de masse – alors que selon l’AFP chaque cortège comptait environ 100 000 participants ce 25 février 2017, traduisant bien l’incapacité des « pro-Park » à rivaliser en nombre avec les manifestants « anti-Park ». Agés, arborant des drapeaux sud-coréens… et américains, viscéralement anti-Corée du Nord, les « pro-Park » n’hésitent pas à parler d’un absurde complot nord-coréen à l’origine de la destitution de la Présidente Park Geun-hye, surfant ainsi sur la manipulation de l’opinion publique nationale et internationale sur l’actualité nord-coréenne, qui est l’une des constantes des conservateurs en Corée du Sud.

manifestation_pro_Park-Geun-hye_février-2017.jpg

Manifestation de partisans de Mme Park Geun-hye

Car l’essentiel, pour les manifestants « pro-Park », est bien de lancer des fausses informations (« le complot nord-coréen« ) et faire pression politiquement sur les 8 juges constitutionnels (après que l’un d’entre eux a cessé ses fonctions en janvier), très majoritairement conservateurs, qui doivent se prononcer à une majorité de six pour confirmer le vote de destitution. En effet, si Park Geun-hye est massivement impopulaire, les conservateurs sont divisés – or, ce sont des juges constitutionnels acquis aux conservateurs qui doivent se prononcer sur sa destitution, lui laissant ainsi une chance de regagner son pouvoir perdu, par un jugement qui serait plus politique que juridique – les charges contre Mme Park Geun-hye étant en effet accablantes. Le risque qu’un groupe de pression ultra-minoritaire puisse tordre le droit constitutionnel à son profit, traduit que la Corée du Sud n’est pas encore une démocratie politique pleinement mature. Cependant, un jugement favorable à Park Geun-hye soulèverait une onde de choc en Corée du Sud et pourrait déclencher une révolution, que craignent de nombreux conservateurs, au moment où des arrestations sans précédent se multiplient dans les milieux d’affaires et politiques proches des conservateurs toujours au pouvoir à Séoul, attisant la colère populaire. Tel est bien l’enjeu continu des manifestations en Corée du Sud, ininterrompues depuis quatre mois : le risque d’un effondrement de la démocratie en République de Corée, à la faveur de la pression de minoritaires d’extrême-droite qui réussiraient dans leur entreprise de rétablissement dans ses fonctions de la Présidente Park Geun-hye.