Séoul : les chauffeurs de taxi ont fait grève contre la déréglementation

Pendant 24 heures (du jeudi 18 octobre à 4 heures du matin au vendredi 19 octobre à 4 heures du matin), des dizaines de milliers de chauffeurs de taxi ont arrêté le travail à Séoul, et organisé par ailleurs une manifestation le 18 octobre à 14h, place Ganghwamun. Leur objectif ? Obtenir que ne se mette pas en place l’application Kakao Mobility, application de partage de véhicules sur le réseau social Kakao – le plus utilisé en République de Corée – et qui aurait un fort impact négatif sur les conditions de travail de la profession.

chauffeurs-de-taxi_seoul_greve_18-octobre-2018.jpg

Mouvement des chauffeurs de taxi séoulites devant les bureaux de Kakao Mobility, le 11 octobre 2018

En Corée du Sud, les mouvements sociaux font encore reculer la déréglementation libérale : en 2013, Uber avait dû cesser ses activités à Séoul après les protestations des chauffeurs de taxi et d’officiels de la capitale.

Bien que ne recueillant pas l’assentiment d’une majorité des personnes interrogées (selon des sondages), le mouvement des chauffeurs de taxi contre Kakao Mobility a été très largement suivi, à l’appel des différentes organisations professionnelles, notamment l’Association des taxis privés de Séoul et l’Association des taxis de Séoul. Et il ne s’est pas trompé de cible : en marchant en direction de la Maison bleue, siège de l’administration présidentielle, les manifestants ont bien souligné la responsabilité qui incombe aux autorités coréennes dans la mise en œuvre – ou pas – d’une mesure, qui n’était pas encore en place et, selon ses initiateurs, devait se limiter aux heures de pointe (le matin et le soir), en faisant croire que les besoins des consommateurs n’étaient pas satisfaits sur ces périodes – mais en évitant soigneusement d’aborder le seul argument qui vaille : qu’il s’agit d’une concurrence déloyale à l’exercice d’une profession réglementée, protégeant également les consommateurs en cas d’incident (accidents, fraudes…).

Mais de la même manière qu’en France l’inversion de la hiérarchie des normes (permettant aux accords à un niveau inférieur de déroger aux règles de droit supérieures) avait déjà ouvert une brèche en étant initialement limité à quelques domaines de la négociation collective, c’est le principe même de Kakao Mobility dont il s’agit d’empêcher qu’il ne trouve un début de concrétisation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s