Le comité syndical consultatif auprès de l’OCDE dénonce les atteintes aux droits des travailleurs et à la liberté de réunion en Corée du Sud

Il y a 20 ans, en 1996, la République de Corée (Corée du Sud) rejoignait l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Dans ce contexte, le Comité syndical consultatif auprès de l’OCDE (Trade Union Advisory Committee to the OCDE, TUAC) a publié à Paris, le 7 juin 2016, un communiqué de presse dénonçant les atteintes aux libertés des travailleurs, que le Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud (CILD) a traduit ci-après de l’anglais. Alors que l’OCDE a son siège à Paris, le CILD relève, une fois de plus, que les autorités publiques françaises – non contentes d’avoir accueilli en grande pompe à Paris la Présidente sud-coréenne Park Geun-hye – sont une fois de plus complices des violations de plus en plus massives des libertés publiques et syndicales commises par le régime autoritaire sud-coréen en participant aux cérémonies commémoratives tout en gardant un silence coupable. Au sein de l’OCDE, la Corée du Sud est un des Etats présentant le pire bilan en matière de droits des travailleurs, de libertés syndicales et de libertés publiques.

Nous reproduisons ci-après le communiqué du TUAC, intitulé « Le 20e anniversaire de l’adhésion de la Corée à l’OCDE éclipsé par les atteintes aux droits des travailleurs et à la liberté de réunion » et sous-titré « Le TUAC appelle à arrêter les poursuites contre les syndicalistes emprisonnés ». Alors qu’il a été le premier en France à souligner que le procès de Han Sang-gyun, dirigeant de la Confédération coréenne des syndicats (acronyme anglais KCTU), ouvrait la voie à une possible interdiction du syndicat KCTU, le CILD rejoint l’appel du TUAC en vue, notamment, de libérer les 74 syndicalistes emprisonnés en Corée du Sud et de lever les poursuites contre 504 autres syndicalistes de la KCTU poursuivis pour « obstruction à la circulation automobile« .

 

Une série d’événements se tiendront à l’OCDE cette semaine pour marquer le 20e anniversaire de l’adhésion de la République de Corée. En mars 2016, 74 syndicalistes, dont le Président de la Korean Confederation of Trade Unions (KCTU), sont emprisonnés. 504 autres membres de la KCTU sont poursuivis pour « obstruction à la circulation automobile » suite à une manifestation qui s’est tenue l’an passé.

La Corée a rejoint l’OCDE en 1996 avec l’engagement de réformer son droit du travail pour qu’il corresponde aux normes de l’Organisation internationale du travail (OIT). Pourtant, des droits du travail fondamentaux, comme le droit de s’organiser et de négocier collectivement, ne sont pas observés en Corée aujourd’hui. En réalité, la Corée présente le plus ancien cas (depuis 1995) de violation des droits des travailleurs soumis à l’OIT.

« Malheureusement, 20 ans après être devenue membre [de l’OCDE], la Corée est encore loin d’avoir mis en place un système de relations sociales dans l’industrie conforme aux normes de l’OIT, qui assure la gestion des conflits, réduise les inégalités et garantisse le progrès social. Au cours des trois dernières années, la répression contre les syndicats et la criminalisation de leurs activités est réapparue« , a déclaré John Evans, secrétaire général du TUAC.

Lors de sa 136e réunion plénière le 30 mai 2016, le TUAC a adopté une résolution appelant le gouvernement coréen à respecter les droits syndicaux et l’OCDE à développer une « feuille de route », en liaison avec l’OIT, pour s’assurer du respect par la Corée de ses engagements sur les droits des travailleurs.

« Une « Corée du Sud globale » reste une aspiration. L’OCDE a la responsabilité d’accompagner la Corée sur le chemin d’une croissance soutenable et globale de même que le TUAC a la responsabilité d’accompagner le mouvement syndical coréen. Le 20e anniversaire arrive au bon moment pour mettre au point une feuille de route pour une Corée connaissant un développement soutenable et global« , a déclaré Evans.

La résolution du TUAC appelle ainsi :

La République de Corée à :

  • libérer et lever toutes les poursuites contre Han Sang-gyun, Président de la KCTU, et tous les autres dirigeants de la KCTU mis en cause dans l’accomplissement de leurs obligations syndicales ;
  • s’engager dans un processus transparent et démocratique de dialogue avec toutes les composantes de la société civile coréenne, y compris les syndicats ;
  • garantir les droits des travailleurs et la liberté de réunion, et initier un processus de réforme pour aligner effectivement le droit du travail avec les normes internationales reconnues, y compris la ratification des conventions 87 et 98 de l’OIT et la levée des réserves à l’article 22 de la Convention internationale sur les droits civils et politiques ;

L’OCDE à :

  • définir une feuille de route pour le développement durable et global de la Corée dans le contexte du 20e anniversaire de son adhésion à l’OCDE, y compris le respect effectif des droits du travail et des droits de l’homme, et à cette fin, travailler en étroite coopération avec les autres organisations internationales, dont l’OIT ;
  • s’assurer que tous les pays membres de l’OCDE ou candidats à l’entrée dans l’OCDE adhèrent aux valeurs fondamentales de l’Organisation et les respectent, dont le principe d’une démocratie pluraliste et le respect des droits de l’homme.

La résolution du TUAC sur les droits syndicaux en République de Corée est disponible dans le bandeau de droite.

Le rapport de contexte du TUAC sur « la garantie des droits syndicaux en Corée dans le cadre de l’OCDE », établi suite à une mission à Séoul en avril [2016], est accessible en ligne ici.

Source : site du TUAC.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s