Appel à la libération immédiate de tous les militants de l’Alliance coréenne arrêtés

Après que la Cour constitutionnel (sud-)coréenne eut dissous le Parti progressiste unifié (PPU) le 19 décembre 2014, la chasse aux sorcières contre les militants de gauche s’est tout particulièrement abattue sur l’Alliance coréenne (liée à l’ancienne tendance Corea21 au sein du PPU) sur la base de la loi de sécurité nationale, qui a été de longue date un instrument de répression de tous les opposants en Corée du Sud ayant soulevé de nombreuses critiques de la part des ONG de défense des droits de l’homme.

Trois militants de l’Alliance coréenne ont été arrêtés après une détention de 48 heures : Kang Soon-young (arrêté le 15 juillet 2015), Kim Dong-gwan (le 24 juillet 2015) et Lee Dong-keun (le 26 juillet 2015).

Trois autres militants sont toujours arrêtés : Nam Chang-woo (arrêté le 6 mai 2015), Lee Sang-hun (le 23 juillet 2015), Kim Hye-young (le 26 juillet 2015). En outre, deux militants de l’Alliance coréenne ont été arrêtés le 9 août 2015 : Lee Mi-sook et Kim Jeong-hee.

Etre arrêté pendant des semaines voire des mois sans jugement porte atteinte au droit à un procès équitable.

Lee Sang-hun et Kim Hye-Young ont même été emprisonnés, ce qui signifie une nouvelle étape dans la répression contre les militants progressistes sud-coréens.

Mme Kim Hye-young est traitée pour un cancer de la thyroïde. Néanmoins, jusqu’à présent tout accès à un traitement médical en prison lui a été refusé. Un tel refus est une violation flagrante des droits humains fondamentaux des personnes en prison. En conséquence, M. Jin Young-ha, également membre de l’Alliance coréenne, a commencé une grève de la faim devant la prison de Séoul où elle est enfermée.

En tant que membres du Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud (CILD), nous demandons la libération immédiate de Mme Kim Hye-young et de tous les militants de l’Alliance coréenne arrêtés, la fin de la répression contre les militants luttant pour la démocratie et les droits de l’homme en Corée du Sud et que la République de Corée se conforme à ses engagements internationaux et à sa législation en ce qui concerne la liberté d’expression et de réunion, y compris pour tous les membres du PPU.

Mise à jour (12 août 2015) : Mme Kim Jeong-hee a été libérée après avoir été arrêtée pendant 48 heures. Egalement arrêtée deux jours plus tôt, Mme Lee Mi-sook n’a pas été libérée, ayant été placée en détention provisoire.

—-

Call for the immediate release of all Corean Alliance militants arrested

After the Constitutional Court of (South) Korea dissolved the Unified Progressive Party (UPP) on 19 December 2014, the witch hunt against left-wing militants crackdowned more especially on the Corean Alliance (which has ties to the former tendency Corea21 within the UPP) on the basis of the National Security Law, a long-time instrument of repression against all opponents in South Korea which has raised much criticism on behalf of NGOes protecting human rights.

Three Corean Alliance militants have been freed after a 48 hour-detention : Kang Soon-young (arrested on 15 July 2015), Kim Dong-gwan (24 July 2015) and Lee Dong-keun (26 July 2015).

Three other militants are still arrested : Nam Chang-woo (arrested on 6 May 2015), Lee Sang-hun (23 July 2015), Kim Hye-young (26 July 2015). Moreover, two Corean Alliance militants were arrested on 9 August 2015 : Lee Mi-sook and Kim Jeong-hee.

Being arrested for weeks or months without a sentence is an infringement to the right to a fait trial.

Lee Sang-hun and Kim Hye-Young were even put to jail, which means a step forward in the repression againt South Korean progressive militants.

Mrs Kim Hye-young has been treated for a thyroid cancer. Nevertheless, so far she has been refused any access to a medical treatment in jail. Such a refusal is a gross violation of basic human rights for people set to jail. As a consequence, M. Jin Young-ha, also a member of the Corean Alliance, has begun a hunger strike in front of Seoul Prison where she is detained.

As members of the International Committee for Democratic Liberties in South Korea (CILD), we ask for the immediate release of Mrs Kim Hye-young and all Corean Alliance militants which have been arrested, for stopping the repression against militants fighting for democracy and human rights in South Korea and that the Republic of Korea abides by international and national laws concerning the freedom of speech and demonstration, including for all UPP members.

Edit (12 August 2015) : Mrs Kim Jeong-hee has been freed after having put under arrest fr 48 hours. Also arrested 2 days before, Mrs Lee Mi-sook was not freed, and has been remanded in custody.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s