Un appel du Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud : la répression contre les militants de l’Alliance coréenne doit cesser immédiatement !

Depuis l’interdiction du Parti progressiste unifié (PPU) en République de Corée (Corée du Sud) le 19 décembre 2014, pour soi-disant atteinte aux libertés démocratiques, une chape de plomb s’est abattue sur la gauche sud-coréenne.

Les militants de l’Alliance coréenne, proche de la tendance Corea 21 du PPU, sont une cible privilégiée des autorités sud-coréennes : les domiciles de plusieurs de leurs dirigeants ont été fouillés à peine l’interdiction du PPU prononcée, et d’autres membres de l’Alliance coréenne se sont réfugiés depuis plus de quatre mois à la Maison chrétienne.

Critiqué de toutes parts, le pouvoir autoritaire sud-coréen a encore accru la répression contre les militants de l’Alliance coréenne. Dans le contexte des énormes manifestations pour les victimes du ferry Sewol et d’une grève générale contre la présidente Mme Park Geun-hye, 25 membres de l’Alliance coréenne ont été placés en garde à vue, entre le 11 avril et le 18 mai derniers. Deux militantes ont par ailleurs subi des attouchements.

Enfin, sous couvert de la « loi de sécurité nationale », un étudiant membre de l’Alliance coréenne a été emprisonné.

Face à la répression, la solidarité doit plus que jamais s’organiser.

Nous, membres du Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud, réunis le 22 mai 2015 à Paris, exigeons l’arrêt de la répression contre les militants de l’Alliance coréenne, l’ouverture d’une enquête sur les attouchements commis par la police, la libération de l’ensemble des prisonniers politiques et le rétablissement dans l’intégralité de leurs droits du Parti progressiste unifié et de ses élus déchus de leur mandat.

Nous exigeons des gouvernements occidentaux, et notamment du gouvernement français, qu’ils mettent fin à leur silence complice sur les atteintes à la démocratie et aux libertés qui sont commises jour après jour dans le Sud de la péninsule coréenne.

Enfin, nous appelons les femmes et les hommes attachés aux libertés démocratiques à nous rejoindre, pour élargir le front de solidarité avec celles et ceux qui luttent pour la démocratie en Corée du Sud, afin d’empêcher la résurgence des heures sombres de la dictature militaire qui, naguère, sous la férule du père de l’actuelle chef de l’Etat, faisait régner l’ordre et la terreur à Séoul.

                           Le Comité international pour les libertés démocratiques
en Corée du Sud

Pour signer l’appel contre la répression politique et syndicale en Corée du Sud,
contre l’interdiction du Parti progressiste unifié

Pour rejoindre le Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud

solidaritefrancecoree@yahoo.frhttps://solidaritecoree.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s