Ingérence de l’armée sud-coréenne dans l’élection présidentielle : 2 ans de prison pour l’ancien chef de département de l’unité de guerre psychologique du commandement cybernétique

L’implication massive de l’armée, et notamment des services de renseignement sud-coréens (National Intelligence Service, NIS), dans l’élection présidentielle de 2012 continue de soulever une onde de choc : le 15 mai 2015, c’est l’ancien chef de département de l’unité de guerre psychologique du commandement cybernétique (uniquement désigné par son nom « Lee »)  qui a été condamné à deux ans de prison. En février 2015, l’ancien directeur du NIS, Won Sei-hoon, avait été condamné à une peine de prison pour son ingérence dans l’élection présidentielle au profit de la candidate conservatrice (élue), Mme Park Geun-hye.

Lee a été condamné pour avoir « manipulé l’opinion publique » en employant 100 militaires de son unité à conduire une campagne de dénigrement en ligne, en postant plusieurs dizaines de milliers de messages sur Internet (notamment les réseaux sociaux), contre le principal adversaire de Mme Park, le démocrate Moon Jae-in, battu avec une faible marge. Lee a aussi été mis en cause pour avoir tenté de couvrir le NIS et, plus généralement l’armée sud-coréenne, dans le scandale né d’une ingérence massive de services de l’Etat dans le processus électoral.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s