Nous avons gagné dans une ardente solidarité

Dois-je me lancer dans cette occupation?

Telle est la question que les gens m’ont posée quand j’ai commencé cette occupation, mon entourage me disant qu’il vaudrait mieux participer à l’enquête comme demandé et l’épreuve que cela représente. Je savais que ces paroles ne contenaient pas seulement des inquiétudes au sujet de ma personne entamant cette manifestation illimitée mais que, derrière les mots, se dissimulait aussi la résignation due à la Loi de sécurité nationale (LSN). Mais la LSN et les « forces à la remorque du Nord (la Corée du Nord) » sont la règle et le cadre érigés par d’autres. Une fois entraînée dans un procès en sorcellerie voulu par eux, je me devais de réagir par une action forte afin de gagner.

Qui sait si nous n’avons pas brisé leur mise en scène pour instaurer une nouvelle règle et un nouveau cadre. J’ai même ressenti un peu de joie en me retrouvant face à eux. Se dresser directement et officiellement contre la LSN est littéralement une tactique simple rendant la loi inutile. Nous ne devons nous excuser pour rien ni rien expliquer. C’était à eux de présenter des excuses et des explications pour avoir fait durer l’occupation. Cela signifie que nous avons déjà gagné, depuis le début. Les inquiétudes à notre sujet se sont transformées en encouragement et en soutien, et aussi en solidarité et en respect pour les gens engagés dans la lutte contre l’injuste loi.

Un jeun silencieux est-il vraiment nécessaire ?

Personne ne pose cette question. Ni les forces progressistes qui assistent jusqu’à aujourd’hui à notre occupation en protestation, les militants qui m’entourent, ni même mes voisins qui prennent soin de ma famille. Parce qu’ils voient tous comment nous sommes entrés dans une nouvelle étape et dans un nouvel ordre. Il s’agit du refus complet de toute chose déraisonnable, il s’agit d’actions systématiques et organisées pour changer la situation, il s’agit de solidarité humaine et d’unité contre un système inhumain. Cette fois, ils voient ce combat par eux-mêmes, et ne le lisent pas dans un texte ni n’en entendent parler. Nous croyons que l’expérience vécue et la pratique pèsent davantage que cent mots.

Un jeun silencieux n’est pas un simple moyen d’action individuel, mais un moyen de coopérer avec chaque personne qui résiste à la LSN et au régime de Park Geun-hye. Nous, les douze manifestants qui jeûnons en silence, avons à nos côtés dix ou cent fois plus de gens qui luttent avec nous ainsi que les innocents en résistance. Cela pourrait être pris comme une position défensive, comme ne pas donner d’informations légalement défavorables, mais, en tant que militants, nous adoptons une attitude offensive d’attaque, niant qu’existent ceux qui ont pris le pouvoir dans le pays par des moyens malhonnêtes. Ils vont bientôt découvrir que ce n’est pas à eux de nous attraper mais à nous de les attraper. Bien, ils ont probablement raison d’avoir cru que c’était à eux de commencer ce combat, mais je vois maintenant qu’ils entrent dans la nouvelle étape que nous avons décidée. C’est ainsi que nous déterminons la règle et le cadre.

Maintenant encore, penser comment je vais vivre

Dans la détermination de ce jeun silencieux, je continue de m’interroger sur le prochain combat après ce jeun silencieux et sur ma vie future de militante. La situation après la manifestation sera totalement différente de la situation d’avant. Moi, mes camarades de l’Alliance coréenne, les gens qui m’entourent, et même mes deux enfants, nous voyons tous ce que nous pouvons faire, agissons fidèlement, sommes réunis par la passion et avons gagné. Je parie que ces expériences utiles vont marquer profondément chaque lieu, chaque domaine, chaque classe et aboutiront à des résultats concrets figurant une nouvelle étape.

Pour cela, je décide de jeûner en silence et de rendre passionnante ma vie tournée vers l’étape qui doit être accomplie.

Kang Soon-young, membre du groupe de manifestants pour la préservation de la démocratie et l’arrêt de l’oppression par les autorités, occupant le Centre chrétien (Maison des chrétiens de Corée), à Séoul, le 17 mars 2015

Kang Soon-young_2

Née en 1977 en Corée du Sud, Kang  Soon-young est membre de l’Alliance coréenne. Elle a été rédactrice en chef de Théorie et Pratique,  organe officiel du Parti démocratique des travailleurs (KDLP).

Pour signer l’appel « contre la répression politique en Corée du Sud, contre l’interdiction du Parti progressiste unifié »

Pour rejoindre le Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud (ex-Comité d’initiative contre la répression politique en Corée du Sud)

solidaritefrancecoree@yahoo.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s