Principales dates dans l’histoire du Parti progressiste unifié (PPU), de sa fondation à la répression en cours

  • 30 janvier 2000 : fondation du Parti démocratique du travail (PDT)
  • 5 décembre 2011 : fondation du Parti progressiste unifié, par fusion du PDT, du Parti de la participation du peuple et d’une fraction du Nouveau Parti progressiste
  • 11 avril 2012 : élection de treize députés du PPU à l’Assemblée nationale sud-coréenne
  • 28 août 2013 : les services de renseignement perquisitionnent le bureau de Lee Seok-ki, député du PPU
  • 4 septembre 2013 : l’Assemblée nationale lève l’immunité parlementaire du député Lee Seok-ki.
  • 5 novembre 2013 : le ministère de la Justice introduit une requête devant le Conseil constitutionnel en vue de la dissolution du PPU. La demande est entérinée par le Conseil des ministres, alors que la Présidente Park Geun-hye est en visite à l’étranger (notamment en France).
  • 17 février 2014 : le Tribunal de grande instance de Suwon juge constitués les griefs de haute trahison et de violation de la loi de la sécurité nationale à l’encontre de Lee Seok-ki, condamné à douze ans de prison et déchu de son mandat et de ses droits civiques pendant dix ans.
  • 11 août 2014 : la Cour d’appel de Séoul revient sur le jugement en première instance, ne retient plus le grief de haute trahison et commue de douze à neuf ans la peine de prison à l’encontre de Lee Seok-ki, dont la condamnation est confirmée pour les motifs d’incitation à la haute trahison et de violation de la loi de sécurité nationale.
  • 2 décembre 2014 : la Préfecture de police perquisitionne le domicile de Kwon O-hun, ancien président du Comité de soutien des prisonniers d’opinion.
  • 17 décembre 2014 : le Conseil constitutionnel annonce qu’il rendra son jugement sur l’interdiction du PPU le 19 décembre.
  • 19 décembre 2014 : le Conseil constitutionnel prononce la dissolution du PPU et la déchéance de leur mandat des députés du PPU. La décision fait 347 pages. L’Association des avocats pour une société démocratique publie un communiqué intitulé « J’accuse le Conseil constitutionnel d’avoir tué la démocratie pluraliste en Corée ».
  • 22 décembre 2014 : les Préfecture de Séoul et de Chung-nam perquisitionnent les bureaux et domiciles du pasteur Lee Jeok Lee et de douze membres de l’Alliance coréenne pour la réunification indépendante et la démocratie.
  • 8 janvier 2015 : expulsion en Corée du Sud, avec interdiction de séjour pendant cinq ans, de Mme Shin Eun-mi, résidente coréenne aux Etats-Unis.
  • 8 janvier 2015 : le pasteur Lee Jeok et les victimes de l’Alliance Coréenne lancent un mouvement illimité à la Maison des chrétiens de Corée.
  • 14 janvier 2015 : arrestation de Hwang Seon, directrice du Forum de recherche pour une politique d’espoir.
  • 22 janvier 2015 : la Cour suprême confirme le jugement rendu en appel contre Lee Seok-ki. Le grief de haute trahison n’est pas constitué, mais est maintenue la condamnation à neuf ans de prison pour incitation à la haute trahison et violation de la loi de sécurité nationale.

 

Pour signer l’appel « contre la répression politique en Corée du Sud, contre l’interdiction du Parti progressiste unifié »

Pour rejoindre le Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud (ex-Comité d’initiative contre la répression politique en Corée du Sud)

solidaritefrancecoree@yahoo.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s